Arkham, webzine pour les jeunes
Séries, voyages, fashion, etc.

Gastronomie : Les pays où l’on mange le mieux

Avec autant de cuisines différentes et littéralement des millions d’opinions différents sur ce qui est meilleur, il est logique de poser la question aux gens et de laisser le consensus décider.

gastronomie-cuisineCertains prétendent que c’est de la  gastronomie indienne, d’autres vantent la supériorité de la nourriture mexicaine ou chinoise, il y a beaucoup de saveurs, de goûts et de traditions à choisir. Même au sein de la cuisine nationale d’un pays, il existe parfois une diversité incroyable entre les régions, ce qui rend les généralisations impossibles.

La question « Quel pays a la meilleure nourriture » revient sans cesse, et elle mérite d’être posée régulièrement. La réponse à cette question sera toujours subjective, les goûts et les couleurs ne se discutent pas, chercher donc un consensus n’est pas la solution. Il peut exister plusieurs nourritures d’origine différente aussi bonne les unes que les autres il suffit juste de les déguster.

La cuisine japonaise

La saveur umami, l’une des 5 saveurs de base avec le sucré, salé, acide et amer, est présente dans de nombreux plats. L’umami a un après-goût durable et doux. Il provoque la salivation et une sensation de fourrure sur la langue, en stimulant la gorge, le palais et le dos de la langue. L’umami n’est pas savoureux en soi, mais il améliore la saveur d’une large variété d’aliments, surtout en présence d’un arôme assorti. Mais comme les autres saveurs de base, à l’exception du saccharose, l’umami n’est agréable que dans une gamme de concentration relativement faible. La viande est en général absente de la cuisine traditionnelle. Il est fréquent d’en manger en accompagnement lors d’un repas une petite soupe ainsi que des légumes macérés, le tout en utilisant des baguettes.

Plats typiques

Les plats les plus typiques sont les sushis et les sashimis, les nouilles udon et soba, les plats à la sauce teriyaki, ainsi que le tōfu et le nattō. Les Japonais ont aussi importé des recettes qui ont été adaptées et sont ensuite devenues des classiques comme les fritures tempuras, le katsudon, le riz au curry ou les rāmen. Il existe également des boissons (thé, alcool de riz) et des pâtisseries (wagashi) typiquement japonaises. On trouve de nombreux ustensiles spécifiques à cette cuisine, notamment des couteaux, l’art de la coupe étant très développé au Japon.

La cuisine thaïlandaise

La cuisine thaïlandaise, avec ses nombreuses saveurs et épices, n’est pas bonne pour tout le monde. Mais il y a suffisamment de variations régionales pour offrir de nombreux choix de plats et la culture culinaire signifie qu’il y a des chefs bien formés partout dans le monde qui servent les exportations du pays des restaurants haut de gamme aux plats à emporter locaux.

La cuisine thaïlandaise, ressemble à certains points à celle de ses voisins chinois, Indiens et Birmans, se démarque par des saveurs et des ingrédients originaux, tels que le curry, la menthe, la citronnelle, la coriandre ou encore le basilic rouge. Pimentée à l’excès pour le palais occidental et presque toujours accompagnée de sauces ou fumets de poisson, elle rencontre un succès international croissant depuis quelques années.

Géographie

La cuisine thaïlandaise n’est pas uniforme d’un bout à l’autre du pays. Ainsi, les plats du sud, comme le curry jaune et le curry de rognons et poissons, sont plus fréquents. Au centre, la nourriture est plus douce, tel le sauté de poulet aux feuilles de basilic. Au nord, on retrouve une grande influence de la cuisine birmane, telle que dans le célèbre potage au curry et nouilles. Quant au nord-est, sa cuisine est dérivée de la cuisine laotienne et, bien que considérée à l’origine comme une cuisine paysanne, elle gagne de plus en plus en popularité et certains délices, comme la salade de papaye, sont connus et appréciés au-delà de ses frontières.

Cuisine mexicaine

La cuisine mexicaine se renforce de plus en plus avec la vague de chefs mexicains diffusant la culture alimentaire à travers le monde entier pour renforcer les papilles du monde. Aux États-Unis notamment, où la cuisine mexicaine fait partie du quotidien des Américains. Les légumes occupent un rôle primordial dans la cuisine mexicaine. Parmi les plus courants, on trouve la courgette, le chou-fleur, le maïs, les pommes de terre, l’épinard, les blettes, les champignons, les tomates, etc. Il y a aussi d’autres légumes traditionnels délicieux comme le champignon de maïs et le figuier de barbarie dont sont consommés les fruits et les raquettes.

Variété

La cuisine mexicaine est considérée comme très variée de par sa double nationalité, c’est-à-dire son héritage préhispanique et européen (principalement espagnol), conséquence de la conquête espagnole de l’empire aztèque au cours du Moyen-âge. Elle a aussi connu l’influence des cuisines africaines, caraïbéennes, asiatiques et moyen-orientales. La base traditionnelle de cette cuisine est le maïs, ainsi que d’autres aliments d’origine autochtone comme le haricot, l’avocat, la tomate, la dinde, les cacahuètes, la vanille et le piment, accompagnés de riz, transporté par les Espagnols. Les Européens ont amené avec eux un grand nombre d’aliments parmi lesquels les plus importants sont les viandes d’animaux domestiqués (bœuf, porc, poulet, chèvre et mouton), les produits frais et laitiers (en particulier le fromage), et diverses herbes et épices.

Cuisine indienne

La cuisine indienne recouvre une énorme variété de cuisines régionales d’Inde. Elles sont influencées par les herbes, épices, fruits et légumes que l’on trouve dans chaque région du pays, mais également par l’histoire et la religion.

Le végétarisme est très répandu dans la société indienne, majoritairement hindoue. La consommation de bovin ou de porc, de rapaces, est limitée par les interdits de l’hindouisme. La cuisine indienne est influencée par les interactions avec la Perse et la présence européenne dans le sous-continent.

Ingrédients

Les épices sont d’une grande importance dans la cuisine indienne. Beaucoup de plats en sauce sont faits à base de masala, un mélange d’épices qui caractérise chaque recette et qu’on nomme souvent curry. Parmi les autres ingrédients : les noix de cajou, la noix de coco, le lait de coco, les pistaches, l’ail, l’oignon, les amandes, la grenade en graines séchées, la menthe, l’eau de rose, le sésame en graines.

La cuisine non végétarienne comprend très souvent du poulet, mais aussi du mouton et du poisson. En raison des interdits religieux, le porc et le bœuf sont peu cuisinés.

Cuisine italienne

On regroupe sous le nom de « cuisine italienne » toutes les cuisines régionales provenant de la péninsule italienne et de ses deux îles, cuisines qui ont été influencées par des cultures diverses : cuisines lombarde friand du riz et du beurre, alpine avec leur polenta, crème et fromages, autrichienne avec la viande, bière et cannelle, slave ou encore berbère avec le couscous en Sicile.

L’Italie est un pays de vins et de fromages très variés, ainsi que de nombreuses autres productions agricoles usuelles (par exemple, la truffe blanche du Piémont) l’huile d’olive est la base de la cuisine italienne : les Italiens font partie des trois plus importants consommateurs d’huile d’olive dans le monde, avec les Libyens et les Grecs.

Popularité

La cuisine italienne est la plus populaire de toutes les cuisines et se développe d’année en année. Sans aucun doute délicieuse, une partie de la raison pour laquelle la nourriture italienne voyage si bien et fait appel à tant de personnes, c’est ses saveurs douces basées sur des ingrédients de saison de bonne qualité. Beauté, équilibre, simplicité et émotion, la cuisine italienne a tout pour plaire.

Cuisine marocaine

La cuisine gastronomique marocaine est une cuisine méditerranéenne caractérisée par sa variété issue principalement de la cuisine berbère, avec des influences arabes et juives. Malgré ses traits communs avec les cuisines des autres pays nord-africains, la cuisine marocaine a su conserver ses spécificités et son origine culturelles uniques.

Description

La cuisine marocaine a une histoire très cosmopolite, influencée par les Berbères, arabo-andalouse et les juives. On note également une influence des cuisines d’Afrique subsaharienne et d’Asie (notamment l’Inde avec sa cuisine hyper épicée).

La cuisine marocaine offre une grande diversité de plats : couscous, tajines, pastilla, méchoui, briouates. Il existe, par ailleurs, d’autres plats typiquement marocains : le tajine, la tangia marrakchie (de la région de Marrakech), la harira (une soupe pour la rupture du jeûne durant le ramadan), la seffa, la salade marocaine ou encore une salade d’oranges parfumée à la cannelle. Les ingrédients utilisés sont principalement les lentilles, les légumes, les haricots blancs, les fèves (notamment pour la préparation de la bessara), mais très souvent le poisson (surtout la sardine qui est très populaire).

Influence

La cuisine marocaine reflète l’histoire du pays et les différentes populations qui s’y sont installées. Elle est également très influencée par la religion islamique. Le tajine vient des Berbères. Ceux-ci ont apporté les dattes, le lait, les céréales, le pain, l’huile d’olive, les amandes, les fruits et les herbes. Les Arabes ont apporté les épices, sans oublier les Britanniques qui ont importé le fameux thé. Mais les deux grandes influences qu’a connues la cuisine marocaine restent l’influence arabe et andalouse.

 

Auteur : El Manssouri Yassin

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.