Arkham, webzine pour les jeunes
Séries, voyages, fashion, etc.

Les labels de la mode éco-responsable

Vous souhaitez (re)connaitre les labels de la mode éco-responsable et leur signification ? Voici une liste non exhaustive de ceux-ci :

Fair Wear Foundation 

Fair Wear Foundation est un label qui garantit le contrôle ainsi que l’amélioration des conditions de travail dans l’industrie textile. Par exemple, il proscrit le travail des enfants, la discrimination, assurent des horaires de travail raisonnés, obligation de payer un salaire décent,… .

La fondation concentre ses efforts sur l’étape de la confection du vêtement et en particulier sur celle de la couture.

Cette fondation indépendante réalise cela en collaboration avec des entreprises adhérentes dans le but d’améliorer les conditions de travail.

Ces collaborations sont inscrites dans le Code du Travail de la Fair Wear Foundation et sont basées sur 8 pratiques inspirées par les conventions de l’Organisation International du Travail (OST).

STANDARD 100 by OEKO-TEX®standard 100 by oeko-tex logo

Ce label assure que le produit fini ne possède aucune substance toxique (aucun résidu de pesticides, métaux lourds comme le plomb ou le cadmium) qui présente des risques pour la santé des Hommes et l’environnement. Il exige également des critères en matière de stabilité des couleurs et de résistance au lavage.

Le STANDARD 100 by OEKO-TEX® est une association qui a été créée par deux établissements de recherche ; un en Autriche et un en Allemagne. Celle-ci est aujourd’hui composée de 18 établissements de recherche et d’essai indépendants en Europe et au Japon qui mettent en place les normes du label.

Sa fréquence de contrôles est d’une fois tous les ans et sa certification est payante.

People for the Ethical of Animal (PETA(France))peta france logo

PETA est une association à but non lucratif dont le but est de garantir le droit et la dignité des animaux. La certification PETA garantit que le produit concerné ne contient pas de matière animale comme de la fourrure, du cuir, de la soie, du duvet ou de la laine.

Les entreprises qui souhaitent être certifiées par PETA, doivent remplir un questionnaire et signer une « déclaration d’assurance ».

Notons qu’au sein d’une même marque, certains produits peuvent certifiés de ce label et d’autres non.

Global Organic Textile Standard (GOTS)gots logo

Ce label certifie non seulement pour des conditions de travail dignes mais aussi pour le respect de l’environnement.

Concernant ses exigences à propos de l’environnement, GOTS requière que les produits textiles intègrent au minimum 95% de fibres biologiques certifiées. (A ne pas confondre avec l’étiquette « composé de fibres biologiques » qui certifie lui que le produit contient au minimum 70% de fibres biologiques certifiées).

Il interdit l’utilisation de produits chimiques et toxiques pour l’environnement (métaux lourds toxiques, solvants aromatiques, PVC, …), souvent employés pour des colorations, blanchiments, etc.

De plus, il proscrit l’utilisation d’OGM.

Chaque partisan de ce label doit s’inscrire une optique de minimisation des déchets et de traitement des eaux usées.

Tous leurs emballages doivent-être recyclables ou certifiés FSC ou PEFC.

Concernant ses exigences sociales, elles sont fixées par l’OST (Organisation International du Travail). Elles comprennent notamment : l’élimination du travail forcé, l’abolition du travail des enfants, des horaires décents et la régularité de l’emploi.

Ce label exige aussi certaines conditions sanitaires.

Global Recycled Standard (GRS)grs logo

Related Posts

13 marques françaises de la maroquinerie haute-couture

13 marques de maroquinerie française

Comment devenir un artisan du cuir ?

comment devenir un artisan du cuir?

Le label Global Recycled Standard (GRS) certifie d’une part le contenu recyclé d’un produit et vérifie d’autre part certains critères environnementaux et sociaux.

Les produits étiquetés GRS doivent être composés à moins 50% de fibre recyclée.

Au niveau des exigences environnementales, les marques dont les produits sont certifiés GRS doivent mettre en place un système de gestion de questions environnementales. Elles doivent aussi avoir une consommation d’eau, d’énergie et de production de gaz à effet de serre contrôlées.

En ce qui concerne les nécessités sociales, il en va de même que pour les autres labels, à savoir, l’interdiction du travail forcé et du travail des enfants, liberté syndicale, droit de négociation collective, interdiction de discrimination, harcèlement et abus, etc.

GRS a été fondé par l’organisme Textile Exchange et par un groupe d’autres organisations industrielles (Adidas, Amazon, Armedangels, Bio Coton,…).

fair wear foundation logo

FairTraide International

FairTrade garantit de bonnes conditions de travail et inclut toute une série de critères écologiques. Ce label soutient financièrement les agriculteurs ainsi que leurs communautés par l’intermédiaire d’un salaire minimum et d’une prime. Il garantit aussi que les enfants n’ont pas été exploités. Il favorise la culture biologique, n’utilise pas de graines OGM (Organisme Génétiquement Modifié) et assure qu’aucun pesticide dangereux n’a été employé.

wfto logo (1)

World Fair Trade Organization (WFTO)

WTFO certifie des industries Fair Trade (issues du commerce équitable). Il garantit que la chaîne de production est Fair Trade et évite la pauvreté et les inégalités. Il soutient les petits producteurs et leurs communautés.

Le Greenwashing : de quoi s’agit-il pourquoi faut-il rester vigilant ?

Littéralement, le « greenwashing » (l’écoblanchiment en français) est une stratégie marketing trompeuse, utilisée par de nombreuses multinationales. Celle-ci est caractérisée par le fait de fournir de fausses informations sur la manière dont les produits sont « plus respectueux  de l’environnement ». Ainsi, ces marques communiquent sur la mise en place d’engagements plus écoresponsables afin d’attirer de la clientèle mais aussi afin de ne pas perdre celle qui est réellement soucieuse de l’environnement.

Par le biais de cette démarche, les multinationales tentent de cacher les pratiques douteuses auxquelles elles ont recours, derrière une image soucieuse de l’environnement.

Comment le repérer et l’éviter ?

  1. Garder à l’œil les couleurs et les formes trompeuses

Nous pouvons remarquer chez certaines marques une préférence dans l’utilisation des symboles « proches » des produits éco-responsable. En effet, les symboles plutôt organiques ainsi que les coloris peuvent offrir une image verte à un produit qui ne l’est pas. Il faut donc toujours rester vigilant et ne pas se contenter d’un emballage vert.

Une solution est de chercher des certifications sur l’emballage et bien regarder l’étiquette avant d’acheter.

  1. L’utilisation des termes embellisseurs

Certains mots peuvent porter à confusion, les termes comme « naturel », « pur », « non-toxique », « éthique », ne sont en rien suffisants s’ils ne sont pas accompagnés de leur logo.

Pour pallier à ce problème, il suffit d’effectuer quelques recherches à propos du produit en question (les composants utilisés).

  1. Est-il question d’une petite initiative ou d’une véritable implication ?

La plupart du temps, les marques qui font du greenwashing exploitent le plus petit détail vert afin de cacher le reste. Nous pouvons le remarquer avec des collections vendues au public comme étant « vertes » ou « éco-responsable » qui ne disposent au final que d’un ou de quelques produits qui le sont véritablement. Ou bien, de proposer un emballage recyclé sans qu’elles ne se soucient de la pollution éventuelle due aux conditions de production ou conditions de travail.

Il est toujours préférable d’opter pour des marques transparentes plutôt que pour celles qui lancent des tentatives d’amélioration temporaires ou insignifiantes. Ces marques dites transparentes n’hésiteront pas à donner de manière régulière des informations comportant des chiffres, des certificats, des explications claires et facilement accessibles notamment sur leur site internet.

En résumé, il faut être attentif aux chiffres et aux données qui justifient et soutiennent la façon dont le produit est présenté. Aux certificats et labels qui prouvent que ce dernier est d’une manière ou d’une autre « vert ». Enfin, aux valeurs des marques, soyons à la recherche de marques dont les projets sont fondés sur de réelles démarches favorables à l’environnement.

Comments are closed.